Association familiale de soutien aux parents et aux jeunes toxicomanes

Pourquoi la Luciole effectue des préventions depuis 1995?

L’objectif d’une prévention en toxicomanie est de prévenir des risques et dangers qu’entraine la consommation de stupéfiants et de toxiques.

Nous tentons de prévenir pour permettre à d’autres de se protéger. Il nous parait important de venir en aide à des jeunes en milieu scolaire pour les aider à réfléchir sur le risque de consommer des produits stupéfiants.

Le jeune vivant dans l’instant présent, ne se soucie pas du lendemain. Il a besoin de sensations fortes, de plaisirs immédiats.
Les usagers adultes les plus durement touchés confessent à l’unanimité ne pas avoir vu venir le danger.
Le plaisir que procure la consommation masque les difficultés du quotidien, il masque aussi les nombreux effets destructeurs liés au produit.
Fuir le réel, se réfugier dans des paradis artificiels, procure une sensation d’apaisement mais ne permet pas de faire face.
Cette forme d’irresponsabilité rend vulnérable et entraine chaque jour de nouvelles difficultés.
Par conséquent, nous souhaitons offrir aux adolescents que nous rencontrons, un échange, une réflexion, un débat qui a pour but de leur montrer qu’ils sont capables de se protéger.
Nous leur rappelons aussi que la Luciole existe avant tout pour tendre la main à tous ceux qui n’arriveraient pas à surmonter seuls leurs difficultés .
Ces préventions permettent à certains de venir trouver de l’aide à la Luciole et à d’autres d’éviter de tomber dans le piège de la toxicomanie.

Où ?

Nous intervenons à la demande des établissements scolaires avec qui nous construisons la rencontre pour les jeunes.

Une réunion est mise en place avec le chef d’établissement, le CPE et l’infirmière.
Il arrive parfois que notre intervention ait lieu avant ou après celle de la police ou de professionnels de santé, c’est pourquoi nous cherchons à offrir aux jeunes une approche différente et complémentaire.
Nous préférons intervenir dans nos locaux parisiens du 19eme quand cela est possible ; ainsi les élèves peuvent parler plus librement, car ils sont en confiance à l’extérieur de l’établissement.
Nous nous déplaçons aussi dans les établissements quand les groupes ne peuvent pas venir et demandons à être seuls avec les élèves pour leur permettre d’aborder tout type de sujet librement.

Comment ?

Pour que nos préventions soient interactives, chaque groupe a pris le temps de préparer des questions anonymes qui permettent à l’animateur de la Luciole de connaitre les attentes des élèves.

Nous menons une réflexion sur les risques encourus lors de la consommation d’un produit. Le but étant de réfléchir avec eux et non pas de faire un exposé ni d’ouvrir des sujets pour lesquels ils ne sont pas demandeurs.

Nous invitons les jeunes à prendre conscience que consommer n’est pas le meilleur comportement pour épanouir sa personnalité, sa relation aux autres, sa vie affective, et sa vie en famille.
Au cours de la discussion, il apparait évident aux jeunes que la consommation de stupéfiants peut perturber leurs choix, leurs limites, nuire à leur santé psychologique mais aussi physique.
Mais ce n’est pas parce qu’ils le reconnaissent qu’ils décident d’agir autrement.

En second lieu, nous invitons l’adolescent à comprendre que c’est à lui de bâtir sa vie et que par conséquent il sera confronté à un certain nombre de choix.
Partant du principe que tout choix est un renoncement, il devra choisir ce qui lui correspond le mieux et trouver les moyens d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés.
Amener le jeune à prendre conscience que la consommation ou le trafic constitue une privation de ses libertés individuelles et altère son jugement ainsi que son pouvoir de décision est primordial pour nous.
Pour ce faire, nous demandons à un ancien usager de venir témoigner de sa vie de consommateur et des difficultés qu’il a rencontrées.
En complément, nous proposons aux établissements dans les 15 jours qui suivent, deux courtes permanences en dehors des heures scolaires, pour rester à l’écoute des questions plus personnelles.
Les échanges entre les élèves et les animateurs sont strictement confidentiels.

Quel public ?

Nous intervenons en scolaire à partir de la classe de 4eme.
Nous nous adressons aussi par des conférences aux étudiants, aux parents et aux professionnels de l’animation et de l’éducation.
Nous proposons systématiquement aux établissements d’organiser une rencontre entre la Luciole et les parents dans les quelques jours qui suivent la prévention pour leur permettre d’aborder le sujet en famille.

Quels produits?

Ne voulant pas susciter des envies, des tentations à la consommation, l’animateur invite les élèves à parler des drogues qu’ils connaissent ou qu’ils ont déjà rencontrées.
En fonction des questions posées, nous prenons le temps de parler des produits, de la fabrication naturelle ou chimique, des effets, des dépendances, des risques de santé. Nous ne parlons pas des produits non évoqués par les jeunes.

Que dit la Loi ?

Nous rappelons à toutes les rencontres ce que dit la loi concernant la détention, la consommation ou le trafic. Nous aimons aussi rappeler que l’objectif d’une loi est de protéger des comportements déviants ou dangereux pouvant nuire à soi-même ou à autrui.

Se responsabiliser ?

Aucun jugement, aucun critère moral, aucun enfermement de la personne, telle est la politique de la Luciole.
Nous insistons sur la nécessité d’apprendre à se protéger.
Apprendre aux jeunes à mesurer les risques qu’ils encourent, assumer leur choix en réfléchissant sur ce que peut engendrer la perte du contrôle de soi.
Faire le choix d’assumer et faire face car il n’est jamais trop tard…

 

 

 

 

 

 

Création graphique et réalisation Dismoiweb - Plan du site - Mentions légales